Le food truck

Le food truck

Le food truck aussi appelé le camion-cantine ambulant est inspiré d’un concept new-yorkais, est un tout nouveau mode de consommation de restauration nomade. Le concept associe deux modes de consommation tendance chez les consommateurs, la restauration rapide et la cuisine de bonne qualitée et de proximité. Le food truck, se positionne comme un moyen alternatif plus sain que les fast-food à l’heure du déjeuner. La particularité du concept est de proposer des plats fait avec des produits locaux et de qualité, qui sont cuisinés devant les clients, dans des lieux très fréquentés ou peu d’offres de restaurations sont proposées.

Le concept qui intéresse aussi les grandes enseignes

C’est en 2011 que la tendance à débuté à Paris avec notamment l’enseigne Le Camion qui Fume, importée par Kristin Frederick, une Américaine. Aujourd’hui il existerait pas moins de 400 food trucks dans toutes la France, selon l’association “Street Food en Mouvement”. La grande majorité des food-trucks sont situés dans la capitale et ce malgré les freins à l’accroissement liés notamment aux respects des normes sanitaires ou l’obtention du permis de vente sur la voie publique. Avec le succès du phénomène, la Mairie de Paris avait lancé un appel à projets pour quarante nouveaux food-trucks lors de l’année 2015. La plupart des propriétaires de ces food-trucks sont des particuliers.

Le budget moyens à investir initialement pour un food-trucks est de 50.000 euros pour un chiffre d’affaires en moyenne par service de sur des aires récurrents s’élevant entre 300 et 500 euros, selon l’association “Street Food en Mouvement”. Toutefois, il est avéré qu’il existe une disparité de chiffre d’affaires élevé selon la renommé des food-trucks, de leur emplacements et de la qualité des produits qui y sont servis.

De grandes marques et enseignes se sont accaparés la tendance comme notamment RichesMonts, Heinz, Alvalle, Monoprix ou encore Franprix ainsi ils vont à la rencontre de leurs clients. La tendance est devenue un outil de marketing à part entière qui est un reflet de nos modes de consommation à l’heure de l’air du numérique. Les clients types sont en moyenne âgés de trente ans, dépense dix euros lors de leur achat dans un food-truck et le choisi par le biais des réseaux sociaux ou des applications géolocalisées par les smartphones.

L’activité surveillée par la DGCCRF

Les food-trucks ou autrement appelés camion-itinérants sont sont ciblés par l’un des trois axes prioritaires de l’Opération Interministérielle Vacances depuis 2015. Elle porte sur un contrôle des commerces qui sont soumis à une augmentation saisonnière d’activité. Cette opération a permis de révéler des anomalies sur l’origine trompeuse des produits ou le non-respect de la chaîne du froid.

Bonjour, moi c'est Laurent et je travaille en tant que rédacteur pour un journal de presse locale. J'adore écrire des articles sur l'actualité ou sur des choses qui peuvent concernés n'importe qui. J'aime être informé, communiquer et partager mon savoir.

Laurent

Bonjour, moi c'est Laurent et je travaille en tant que rédacteur pour un journal de presse locale. J'adore écrire des articles sur l'actualité ou sur des choses qui peuvent concernés n'importe qui. J'aime être informé, communiquer et partager mon savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *